Citation du moment

'Abd Allah Ibn 'Isâ (rahimahu Llâh) a dit : "Cette Communauté ne cessera d'être dans le bien tant qu'elle enseignera à ses enfants le Coran. [Al-`Iyâl (1/480)]
dimanche 30 septembre 2018

L'épuisement maternel : comment l’éviter ?



As Salamu 'Alaykum wa RahmatuLlâhi wa barakatuh

Le burn-out peut être vécu par des personnes qui ont une activité dont l’investissement émotionnel est très important et c’est bien le cas des mères (des pères parfois aussi) qui s’occupent des enfants à temps plein. (burnoutmaternel.fr)

Avant même d’être « oummi » chacune d’entre nous a une idée bien précise de la mère qu’elle souhaite être et de la vie de famille qu’elle souhaite vivre. Or une fois qu’on est maman, la réalité est tout autre. En effet cela se passe différemment de ce qu’on imaginait et désirait.


 Souvent nous mettons la barre (très) haute, et nos attentes envers nos enfants mais surtout envers nous-mêmes sont trop ambitieuses. Chacune d’entre nous a un idéal, un modèle type de maman, un modèle de vie de famille qu’on aimerait dans son foyer. Malheureusement (ou forte heureusement) la Oummi Parfaite n’existe pas, ainsi que les enfants parfait et le foyer parfait. Souvent on est déçu de nous même, déçu de ne pas avoir atteint les objectifs qu’on s’était fixés, on est triste de ne pas avoir réussi à être cette mère qu’on imaginait. L’épuisement et la fatigue, la culpabilité, la déception, la grande charge de travail d’une mère au foyer, les imprévus, les buts non atteins, les regrets, le stress quotidien, la colère… Tout cela s’accumule et plonge les mères dans une dépression maternelle plus connu sous le nom du burn-out maternel. Énormément de femmes en sont touchées, et la principale raison  est l’idéalisation du statut de mère.

Voici quelques conseils biidhni Llâh en prévention au burnout maternel :

1-     Ne plus chercher à être une mère parfaite sur tous les points. Être maman à plein temps (ou non) demande beaucoup d’énergie, d’effort et de patience, il arrive parfois qu’on ne puisse atteindre nos objectifs  et cela est tout à  fait normal, nous ne sommes que des êtres humains. Il arrivera donc que de temps en temps ta maison ne soit pas aussi bien rangée que tu le voulais, que tes enfants ne t’écoutent pas, que ton repas ne soit pas près à l’heure, que ton bébé ne fasse pas encore ses nuits ou que tu n'aies pu allaiter enfant autant que tu l'aurais voulu. Si cela arrive, inutile de t’en vouloir, ne te mets pas la pression, sache que toutes les mamans passent par là et que tu n’es pas la seule à vivre ces situations : la mère parfaite qui est opérationnelle en toute chose n’existe pas.
2-    Prendre du temps pour soi. Il est important que tu te réserves des moments pour toi, pour décompresser, te changer les idées surtout lorsque tu sens que tu es à bout. Ces petits moments permettront de te ressourcer et de souffler. Cela ne signifie pas que tu abandonnes tes enfants, au contraire tu prends soin de toi pour mieux gérer ton rôle de mère. Cela peut-être pendant la sieste de tes enfants ou bien pendant l’école, le soir après les avoir couché, ou lorsqu’Abi est là…
3-   ,Ne pas oublier qu’avant d’être mère nous étions des femmes et des épouses, et nous le sommes toujours ! Souvent quand on devient mère, on se consacre entièrement à ce rôle en délaissant le reste, tu risques par là de te retrouver vite épuisée émotionnellement et physiquement. Saches que tu dois donner à chaque chose son droit : ton corps et ta propre personne ont un droit sur toi, ton époux a un droit sur toi... Si tu penses uniquement à ton statut de mère (qui certes reste très important !) tu négligeras le reste ! De plus, comme tu te donnes à fond dans ce rôle, ta déception sera toujours plus grande lorsque tu n’atteindras pas tes buts. Il faut que tu trouves un équilibre entre tout cela afin de te permettre d’être sereine au quotidien in sha aLlah.
4-   Si tu te sens dépassée par tes enfants, qu’ils t’épuisent, que tu as tout essayé mais que cela ne changent rien, ou qu’ils sont désobéissant, plutôt que de désespérer ou d’abandonner, invoque ton Seigneur et repenti-toi à Lui. La guidée et le Secours est entre les mains d’Allah (‘azza wa jall).
5-  Relativiser. Ce n'est pas parce que tu n'as pas réussi une chose que tu es une mauvaise mère. Le plus important est d'avoir fait les causes pour y arriver. Si tu ne réussis pas une chose, dit comme le Prophète (sallallahu 'alayhi wa salam) nous l'a conseillé : "C'est Allâh qui m'a prédestiné cela et ce qu'Il a voulu est arrivé." قدَّرَ اللهُ وما شاءَ فعلْ ! Concentres-toi sur les buts atteints plutôt que de rester focaliser sur tes "échecs".


6-   Ne pas en attendre trop de ses enfants. En souhaitant être la mère parfaite, souvent on veut que nos enfants soient parfaits également. Ne t’attends surtout pas à ce que tes enfants soient irréprochables comme tu le souhaites. Ne leur mets pas trop la pression et ne leur impose pas une conduite de vie trop stricte ou trop dur à suivre pour eux. N’oublie pas que chaque être est différent… En ayant un tel comportement tu risques de leur transmettre ton stress et tes angoisses mais surtout de te retrouver face à des murs qui refuseront de te suivre dans ton idéal du foyer parfait !
7-     Prendre son rôle à cœur ne veut pas dire en faire une corvée. Plutôt que de prendre ton statut de mère comme un examen de fin d’études, vis ta vie de maman au jour le jour en t’amusant, en relâchant la pression, et en oubliant les petites imperfections et erreurs du quotidien. Lorsque ta journée n’a pas été aussi productive que tu le voulais ne le prends pas comme un échec, tu auras d'autres jours pour faire mieux in sha aLlâh. Prends les choses comme elles arrivent sans prises de tête, l’essentiel reste dans l’éducation et les valeurs islamiques que tu transmettras à tes enfants.
8-      Si tu as besoin d’un minimum de règles pour pouvoir gérer ton foyer, mets en place une petite organisation de tes tâches en les étalant dans la journée ou la semaine. Tu te sentiras moins débordés ce qui t’éviteras  des moments de stress.  Ne te surcharge pas, et réduis tes objectifs, tu seras plus épanoui et cela se répercutera sur ton foyer bi idhni Llâh.

A trop vouloir être la mère parfaite pour ses enfants on en vient à devenir l’inverse… A trop se mettre la pression on fini par craquer… Le bien-être des enfants reposent avant tout sur le bien-être des parents. Comment un enfant peut-être heureux en voyant sa mère malheureuse ? Soit une mère sereine, afin d’apporter tranquillité à ton foyer et bien-être à tes enfants. Et n'oublie pas de partager des moments de détente avec tes enfants en laissant de côté le stress !

Allahou mousta'an...

Qu’Allah nous facilite à toutes notre rôle de mère et nous pardonne nos manquements.

2 commentaires:

  1. As salam aleykoum oukhty, cet article tombe a pic pour moi.depuis 3ans environ je suis éprouver dans ma famille,mon mari est toujours pris par des affaires a l'exterieur, et moi je suis tous le temps avec mes enfants! ( sauf depuis notre hijra mes 2 grands vont a l'ecole donc je souffle plus), mais je n'arrive pas a récupérer d'une accumulation de fatigue etc...et je suis impatiente,nerveuse avec eux, j'ai vite fais de ne plus réussir a les supporter. Pourtant je les aimes,mais vu que je suis très fatiguer psychologiquement et physiquement je supporte moin leurs crises, leurs présence...je m'en veux d'eyre une mère comme ça. Car j'aimerais eyre une maman bienveillante qui arrive a patienteret communiquer avec ses enfants.( surtout que j'aime beaucoup les pedagogies alternatives, educations positive).je me suis reconnue dans ton article lorsque tu dis que lorsque l'ont decient mère on a tendance a s'oublier.je ne prends plus soin de moi car je suis trop fatiguer, toujours cette fatigue qui reciens encore et encore.merci en tous les cas pour ton article.

    RépondreSupprimer
  2. As salamu alaykoum wa rahmatuLlahi wa barakatuh

    Qu'Allah te facilite ma soeur et t'accorde une issue favorable, notre est loin d'être facile et on s'oublie souvent quand on devient mere... essaye BiidhniLlah de te trouver une petite occupation rien qu'à toi un petit loisir comme la couture ou le tricot (connu pour ses vertus anti dépressives et destressantes) de faire un petit blog sur un thème que tu apprecies si ton mari t'en donne la permission Ou de prendre des cours de quran,d'arabe ou autres meme de chez toi il y a de bons merkez en ligne a prix abordable ou sinon le forum el-ilm avec des apprentissages simples mais bénéfique gratuit! Bien-sûr dit ton époux t'en donne la permission . C'est vraiment important, je ne sais pas dans quel pays tu as fait la hijra mais dans certains pays il y a comme des petits centres sociaux qui sont gratuit pour la plupart et qui organisent des activités pour les femmes comme apprendre la couture apprendre la patisserie ou autres activités manuelles et les enfants peuvent t'accompagner. Certes c'est difficile de se trouver du temps pour soi on se dit souvent qu'on a pas le temps mais ça reste important ne serait ce que quelques petites heures dans la semaine.
    HafidhakiLlah ukhti ��

    RépondreSupprimer