Citation du moment

'Abd Allah Ibn 'Isâ (rahimahu Llâh) a dit : "Cette Communauté ne cessera d'être dans le bien tant qu'elle enseignera à ses enfants le Coran. [Al-`Iyâl (1/480)]
jeudi 8 février 2018

"Certes Allah ne regarde pas une femme qui ne remercie pas son mari"



As-Salamu 'Alaykum wa rahmatuLlâhi wa barakatuh

D'après Abdallah Ibn 'Amr (qu'Allah les agrée), le Prophète (que la prière d'Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Certes Allah ne regarde pas une femme qui ne remercie pas son mari alors qu'en réalité elle ne peut se passer de lui ».
(Rapporté par Nasai et authentifié par Cheikh Albani dans Sahih Targhib n°1944)


عن عبد الله بن عمرو رضي الله عنهما قال رسول الله صلى الله عليه وسلم : لا ينظر الله تبارك وتعالى إلى امرأة لا تشكر لزوجها وهي لا تستغني عنه 
(رواه النسائي و صححه الشيخ الألباني في صحيح الترغيب و الترهيب رقم ١٩٤٤)



[...] L’interdiction de se montrer ingrate envers son époux

La femme doit se garder d’être ingrate par rapport aux bienfaits et à la bienveillance de son époux. Il lui incombe de reconnaître sa bienfaisance et toutes ses faveurs, et de le remercier pour son mérite et ses bienfaits. Le Messager صلَّى الله عليه وسلَّم a dit : « Allâh ne regardera pas la femme ingrate envers son époux, alors qu’elle ne peut pas se passer de lui. »(41) La raison en est que la reconnaissance de la faveur du mari s’inscrit dans la reconnaissance de la faveur d’Allâh عزّ وجلّ . Et « Celui qui ne remercie pas les gens ne remercie pas Allâh »(42), comme affirmé dans le hadith. En effet, toute faveur que l’époux accorde à sa femme est considérée comme une faveur émanant d’Allâh, mais Allâh la lui accorde par le biais de son mari.

Une mise en garde existe contre le reniement des droits et le délaissement du remerciement du bienfaiteur dans le hadith du Prophète صلَّى الله عليه وسلَّم : « …J’ai vu aussi l’enfer. Aujourd’hui, j’ai vu une scène sans précédent. J’ai constaté que la plupart de ses occupants étaient des femmes. » On demanda : « Pourquoi, ô Messager d’Allâh ? » « Pour leur ingratitude », répondit-il. « Sont-elles ingrates envers Allâh ? » demanda-t-on. Il expliqua : « Elles se montrent ingrates envers leurs conjoints et ne reconnaissent pas la bienveillance. Si toute ta vie, tu traites l’une d’elles avec bonté, puis qu’une chose la contrarie, elle affirmera : “ Je n’ai jamais vu le moindre bien de ta part ! ” »(43)

Al-Mounâwîـ رحمه الله ـ a dit : « Car le reniement du don, l’impatience lors de l’épreuve, la prédominance de la passion, le penchant vers les attraits du bas monde et le fait de se détourner des honneurs de l’au-delà sont une caractéristique prédominante chez elles, à cause de la faiblesse de leur esprit et de leur caractère prompt à se leurrer. »(44)

[...]





 (41) Rapporté par Al-Hâkim dans Al-Moustadrak (2771), Par Al-Bayhaqî dans As-Sounane Al-Koubrâ (14720), d’après ‘Abd Allâh ibn ‘Amr رضي الله عنهما. Ce hadith est jugé sahîh (authentique) par Al-Albânî dans As-Silsila As-Sahîha (289).

(42) Rapporté par : Aboû Dâwoûd (4811) et At-Tirmidhî (1954), d’après Aboû Hourayra رضي الله عنه. Ce hadith est jugé sahîh (authentique) par Al-Albânî dans Sahîh Al-Djâmi‘ (6601).

(43) Rapporté par : Al-Boukhârî (5197) et Mouslim (907), et cette formule est de ce dernier, d’après Ibn ‘Abbâs رضي الله عنهما.
(44) Fayd Al-Qadîr d’Al-Mounâwî (1/545).


Extrait tiré de l'article mensuel n°65 : Des devoirs de l'épouse envers son époux - de sheykh Ferkous - qu'Allah le préserve-

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire